Nous sommes désolés de ne pouvoir accueillir

Alexandra Allard

 

Artiste peintre

«  Où nul chemin n’était tracé nous avons volé » Rainer Maria Rilke.

Je suis née à Paris en 1952 bd du Port Royal, et j’ai fait mes études d’art à l’ENSBA du quai Malaquais.

Diplôme décerné par Soulages, j’y ai lié des amitiés solides avec H. Goetz, H. Hartung, Chapelain -Midi, Licata et César… Mon atelier, depuis 1989, est sur les hauteurs de Nice. Je suis entourée d’oiseaux qui sont mes modèles familiers ; mésanges, merles, corneilles, pies, grand duc, héron, pic vert….

Voilà pourquoi il est facile en regardant mon travail de cheminer dans l’espace, de s’y perdre d’ y prendre son vol, de comprendre que le vol d’Icare est le passage de l’ancien au nouveau monde et de faire le même parcours dans cette technique Boschienne qui consiste à modifier sans cesse l’échelle des choses.

Le regard du peintre est un œil tableau, un œil monde, un « kumini » un paysage réduit à un œil cartographique. Toute carte est « in situ » pour autant que le site est absent, et ce n’est pas par hasard si le regard est dit « à vol d’oiseau » et sur mon œuvre- carte ou boîte de médicaments l’oiseau vole ou se pose ici ou là, comme sur une cage ouverte mais habitée par un nouveau contenu sensible. Qui exprime peut être le regret du lien vital, mais qui manifeste sa joie migratoire.

 

Chrissie Horton

Nathalie Leverger

Née en 1966, Nathalie Leverger passe son enfance au port au Légué dans les Côtes d’Armor. Elle héritera de la branche paternelle une passion pour la mer, la lumière, l’horizon et les étendues et du côté maternel la pratique de la couture et des aiguilles.

Diplômée en 1989 d’AUDENCIA, école de commerce de Nantes, elle découvre la peinture en 2000 au hasard d’une boite d’huiles qu’on lui offre à Noel. Si la révélation est immédiate, il lui faudra 3 ans pour remettre en question sa situation professionnelle au sein d’un grand groupe de distribution et se consacrer exclusivement à l’art.

Nathalie Leverger peint, coupe, modèle, colle, tricote et détricote sans se poser la question du genre artistique. Elle cultive son statut d’autodidacte pour affirmer sa liberté de faire, dans une démarche matiériste assez brute et instinctive. Sa rencontre avec la poète Paule Elisabeth Oddéro en 2011 lui donne envie d’aller vers plus de délicatesse.

Elle travaille principalement autour d’une thématique liée à sa vie quotidienne ou ses souvenirs personnels qu’elle développe frénétiquement en peintures à l’huile, volumes textiles ou papier, photographies, installations etc …Cherchant à dire l’essentiel, son style narratif tend naturellement à l’abstrait, sauf quelques détails ramenant systématiquement à la réalité. De plus , on retrouve souvent dans ses travaux une certaine tendance au motif et aux accumulations.

Elle a ainsi abordé les thèmes de l’autoroute (ON THE ROAD photographies et peintures), de l’enfance (LA COUR D’ECOLE peintures et sculptures papier), de la maternité (UN OISEAU UNE CAGE papier de soie et encres), de la frustration (L’APPARTEMENT peintures et sculptures papier), de l’intime (LUCIOLES sculptures et installations papier et textile, photographies, encres, livres d’artiste), de la quête du bonheur (A BEAUTIFUL LIFE, Les nouveaux amis, peintures dessins collages).

Depuis 2014 , elle travaille les « Pêcheries » où s’entremêlent souvenirs d’enfance en Bretagne et voyages en mer. Ses huiles hautes en couleurs, ses encres en noirs et bleus, ses nasses de coton crocheté, ses installations d’origamis, composent un univers délicat et épuré. C’est sa vision poétique du paysage qu’elle cherche à nous raconter.

 
 

Richard Roux

"Je m'intéresse aux images, au monde visible et à sa représentation.
La spécificité de mon travail consiste à glisser entre l'image et le spectateur un dispositif emprunté aux techniques de l'imprimerie et de la typographie mais traité à la main (pinceau). De la sorte, la peinture permet d'établir une distance entre le motif et la perception qu'en a le spectateur. Je simplifie le trait au maximum pour dégager l'essentiel du sujet, j'ôte son superflu pour mettre à nu sa mémoire. Les images dépouillées de message, montrent, dans la simplicité du noir et blanc, une collection de « symboles » de notre civilisation. Les objets, végétaux, insectes et autres tels qu'ils sont redessinés, sont prêts à rivaliser avec les précieux vestiges du passé représentatifs de leur époque."

Richard Roux Giuge
Homme-Made

Jean-Sébastien Bressy

 

Natif de Carpentras, mais avant tout enfant de Pernes-les-Fontaines où il habite aujourd’hui, Jean-Sébastien Bressy exprime ses talents d’auteur, compositeur et interprète depuis l’âge de douze ans et vis de son art depuis 1996.

Élève peu studieux et parfaitement désintéressé par les études (il n’a aucun diplôme!) c’est par la « chanson d’auteur », dont Brel et Brassens sont les plus illustres représentants qu’il découvre la poésie dès son plus jeune âge. Cette porte d’accès lui ouvre les pages des plus grands poètes, depuis Villon jusqu’à Char, qu’il lit passionnément. S’il connait et admire aujourd’hui la plupart d’entre eux, Baudelaire ou Rimbaud ont sa préférence.